samedi 17 août 2019

Irlande 2019


  
Ça faisait un moment que je voulais découvrir ce pays : plonger au delà des racines celtes de l'Europe avec une virée moto dans de beaux paysages, des randonnées et des vieilles pierres, out ça sans trop écorner mon crédit carbone : l'Irlande cochait toutes les cases. Je n'ai pas été déçu !


Parce qu'un bon voyage démarre commence souvent avec une bonne carte...

En jaune, les bnb, en vert les "trucs qu’on a vu" (ou qu'on aurait du voir !)


La virée a consisté en une boucle depuis le point d'arrivée du Ferry à Rosselare au sud est. 


Ceci est un bateau. Et ils mettent même des camions dedans. Beaucoup de camions.




L'appel du grand large


13/7 : Route vers Cork (2 nuits) après une mauvaise nuit dans les fauteuils du Ferry. Musée national Irlandais qui explique l'histoire de l'Irlande en remontant au Néolithique + la lutte pour l'indépendance,
Les façades irlandaises sont souvent joyeusement colorées


15/7 : Cap au Sud Ouest


Cercle de pierre de Dunmore,

Cercle de pierres de Dromberg.
Premier contact avec la civilisation mégalithique d'Irlande




Les cercles de pierre (ou cromlech en breton) construit par une civilisation qui a précédé les celtes de presque 3000 ans, sont généralement orientés (ici : vers le soleil levant au solstice d'hiver).
Hébergement dans une petite maison indépendante au milieu des vaches à coté de Skibereen (2 nuits)


La conduite à gauche s'assimile sans trop de mal. J'avais eu l'occasion d'y goûter en Australie. Le truc agréable, ce sont ces jolies nationales limitées à 100 qui ne nécessitent pas de garder l'oeil sur son compteur mais exigent aussi de savoir s'adapter à toutes les situations, croisements, route parfois étroites, moutons, ...
Irlande à 100 sur une grande part du réseau national (bidirectionnel sans séparateur central...)



16/7 Péninsule de Mizen Head


17/7 Musée de la Famine Irlandaise (1845), véritable déchirure dans l'histoire récente de l'Irlande qui perdit le 1/3 de sa population. Mais aussi expression de la solidarité internationale puisque le monde entier vînt au secours de l'Irlande qui crevait sous le joug de la "loi du marché" anglais .


Route vers Kenmare (2 nuits) et le majestueux Ring of Kerry, ça se raconte pas, ça se vit, mais vous pouvez quand même mater les photos:D.

Paysage d'Irlande, et météo qui va avec


Col de Ballagasheen sur le ring of Kerry
Falaises sur le ring of Kerry
En plus il faisait beau et nos hôtes adorables, Cathlyn nous traduisait parfois les phrases de son mari à l'accent bien irlandais.
Cascade de Torc sur le ring of Kerry



19/7 Cap vers le Nord avec étape à Tralee (1nuit),
Traversée en Ferry du 'Shannon' ce fjord Irlandais qui remonte jusqu'à Limerick. Puis cap au nord sur les falaises de Mohair (8€ par personne pour voir des falaises, Gloups. En France, ça passerait pas! Superbe, quand même !).

Falaises de Mohair


La tour, au dessus donne une idée des proportions...


Luanna intrépide

Puis on s'enfonce dans le Burren, très minéral pour aller admirer le  photogénique Dolmen de Poulnabrone.
Orienté au lever du soleil du 21 décembre


En repartant, on prend les chemins de traverse pour éviter une route gravillonnée, et on tombe de façon impromptue et géniale sur les ruines du monastère de Kilmacduagh sous un vrai temps Irlandais,




Tout ça sur la route de Galway(2nuits) . Journée de ouf !
En plus, des hôtes géniaux à l'arrivée (motards et méga accueillants dans leur jolie maison - et sa splendide cuisine king Size - , posée au milieu de la cambrousse) à 20 min de Galway city.

Le lendemain va être épique. On se retrouve sous le déluge dans le Connemara dont nous apercevrons les lacs dans un épais brouillard. Nous pousserons l’entêtement jusqu'à son "visitor center" où on a appris plein de trucs sur les tourbières, et le bouleversement écologique induit par l'homme que l'Irlande a subi à la fin du Néolithique (déboisement massif) il y a quelques milliers d'années. C'est ça qui a donné les tourbières !
Retour héroïque sous la tempête avec bourrasques menaçant de mettre la moto par terre, mais chaleur de l'accueil de nos hôtes-motards qui mettent nos affaires à sécher et nous fournissent amples serviettes et couvertures.

22/7 : Pendant que la France étouffe sous la canicule, visite sous les nuages de Galway , joli, touristique,


puis cap vers l'Est et Dublin (3nuits). L’Irlande se traverse en 4 heures ! Petit hôtel pas cher (une pièce dans un sous sol) à l'écart du centre.

22/7 Visite du site mégalithique de la vallée de la Boyne, (Bru na Boine)  au nord de Dubiin et ses fascinants tumulus mégalithique.


L'entrée monumentale (restaurée) du Tumulus de Newgrange dans le site néolithique de Bru Na Boyn. Construit il y a... plus de 5000 ans,  au moins 600 ans avant les pyramides...
Fascinant !
 


Tumulus de Newgrange : On estime qu'il fallut plusieurs générations aux peuplades du néolithique pour le finaliser. Orienté pour que chaque 21 décembre, à 9h17 , le premier rayon du soleil levant vienne éclairer le centre de la chambre intérieure.

Deux symboles reviennent régulièrement sur les pierres de parement du site mégalithique de Newgrande : la spirale et la "vaguelette". Leur signification reste un mystère, même si les interprétations ne manquent pas.


L'entre du Tumulus de Newgrange. Notez le motif des triples spirales sur la pierre...


Kells
Sur ce livre enluminé du 9eme siècle, plusieurs millénaires se rejoignent :
La triple spirale des civilisations mégalithiques du néolithique qui a donné le triskel repris ensuite par les Celtes, le tout sur la couverture d'un évangile du premier millénaire. C'est l'Irlande... trait d'union en direction des "peuples premiers" de l'Europe.
Les grandes croix celtiques sculptées sont endémiques de l' Irlande. Celle ci c'est celle de Muiredach, elle date du 9eme siècl et fait 6 mètres de haut. Sculptée sur toutes ces faces qui racontent des scènes de l'évangile. 

Les Normands ont laissé quelques château dont celui de Trim est l'un des plus grands et les mieux conservés.




23/7 Dublin city,

Le pont en forme e Harpe celtique semble soulever une canette :)

Le pont des soupirs en VI (Version Irlandaise)



La cour du Trinity College qui héberge le "book of Kells",  l'un des plus anciens manuscrits enluminé au monde, avec une histoire incroyable.



A Dublin, je retrouve mon vieux pote de la FEM(A) / du MAG Irlande, David qui nous offre en plus une visite du QG européen de Google, fort logiquement basé dans l'un des paradis fiscaux de l'Europe.



Luanna fait du photo-bombing devant le chateau de Dublin



Dublin héberge le grand père de tous les pubs : le Temple bar (le seul, le vrai, l'original)




25/7 route vers Kilkenny (2 nuits) au travers des Wiclow Moutains au sud de Dublin. Brouillard sur les hauteurs. Paisible monastère de Glendalough. sous la bruine.
En repartant de Dublin vers le sud et Kilkenny : le paisible monastère de Glendalough lové au creux des Wiclow moutains, traversées sous le brouillard. Magique !



Comme dans un bon repas, on finit cette virée Irlandaise avec le dessert : Kilkenny.

Butter Slip (la rue du beurre) à Kilkenny

Une vieille ville médiévale restée authentique, avec ses petits bars qui rappellent les tavernes d’antan. Cathédrale majestueuse sur les hauteurs mais (gloups) faut "payer pour prier" (comme souvent en Irlande). En plus le magasin de souvenirs est carrément installé dans l'église. Ca m'a fait penser à un passage de l'évangile quand Jésus chasse les marchands du temple... Du coup, on a boycotté et profité de la vue dans le paisible cimetière à l'écart, en observant les vagues de touristes parfois en mode "drive-in". 
Cathédrale de Kilkenny, ou le temple des marchands

Château de Kilkenny

La jolie mairie de Kilkenny avec son clocher en forme de phare


On a pas dérogé à la soirée au Pub avec une Guiness que je me suis surpris à apprécier. La magie de l'Irlande, quoi...



27/7 La canicule se termine, il est temps de rentrer... :)

On boucle la boucle avec l’étape finale vers Rosselare et le ferry de retour. Sur la route, encore une belle abbaye en ruines (impressionnante car fortifiée), Kells Priory, des moutons, des gens adorables,


Prieuré (fortifié) de Kells. Super endroit paisible, gratuit, et désert...



En mode chasse aux moutons

Depuis le temps qu'elle leur courait après, on a trouvé des moutons à caresser. Ça fait comme de la moquette :-D
On se dépêche pour ne pas rater le ferry mais on fait quand même une dernière halte pour faire le plein de Cheddar (le vrai , pas celui en caoutchouc) dans l’un des Lidl qui nous ont nourri tout au long du voyage (faire la cuisine chez nos hôtes a permis de sérieusement limiter les « frais de bouche »).

Dégustation massive de Guiness en prévision de la nuit sur le ferry.
Nuit sur la Moquette du restaurant (ça rappelle les moutons), pas si mal surtout en avalant son café face au lever de soleil sur la Manche.



Matinée de retour avec traversée d’un banc de baleines (on a surtout vu leurs souffles de loin, mais notre guet attentif a permis d’apercevoir furtivement le dos ( ?) (marron?) d’une grosse créature marine… (Après enquête, ça pourrait être une baleine de Minke. En tout cas c’était trop gros pour être un dauphin :D).

A défaut de baleines, je vous offre le voilier dans le soleil levant



Retour maison fourbus, mais des souvenirs pleins la tête et des étoiles plein les yeux. Bref, on a kiffé l’Irlande ! 

samedi 14 juillet 2018

Pow Wow Ornans

Je ressors ce blog de la naphtaline pour vous raconter mon premier Pow Wow à Ornans...


(intro honteusement pompée à France3régions qui raconte tout ça très bien:) 


Cérémonie sacrée, lieu d'échanges et de rencontres où célébrer ses exploits de faits d'armes ou de chasse, le Pow Wow désormais élevé au rang de spectacle a pourtant été interdit au Canada jusque dans les années 50.
Le pow wow d'Ornans s'est déroulé sous la pleine Lune, qui prend ici la forme de Croix andine, par les hasards heureux de la prise de vue de mon téléphone.


Lieu de revendication identitaire célébrant les tradition des tribus des grandes plaines, cette grande fête s'est installée à Ornans pour trois jours. L'occasion pour les amérindiens invités de partager ces traditions avec le public mais aussi de parler de leurs combats pour la sauvegarde de leur identité et de leurs territoires, souvent menacés. 



Plus d'une vingtaine de nations étaient représentées pour cette 5e édition.

Les journées sont rythmées par des débats le matin sur la condition amérindienne, avec témoignages vécus (dont les invités d’honneur de cette édition, les Tekos de Guyane Francaise ). Les discussions sont animées par des spécialistes en cultures amérindiennes. 


L’après midi, c’est le pow-wow :. Successions de danses rituelles, rythmées par le son du tambour et les chants des Red Tail Spirit Singers.



Les danseurs revêtent une regalia exubérante. Ce n’est pas un costume , c’est un ensemble de vêtements et accessoires qui revêtent un caractère sacré.
Car avant d’être un spectacle, le pow wow est une cérémonie.



Lorsque l’on assiste à ce rassemblement rituel, on est invité à respecter quelques règles simples, ne pas toucher les régalia, ni les tambours qui sont sacrés, ne pas photographier ou filmer certaines phases de la cérémonie, ...
Moyennant quoi le public est parfois invité à se joindre à la danse, au ruthme des tambours.



Danses et surtout chants contribuent à l’impression d’y être.
Car malgré le public nombreux venu en famille, ce n’est pas la kermesse. Les marchands du temple sont tenus à l’écart, les prix sont contenus. Dans les quelques stands les seuls « vendeurs » sont en fait les artistes qui participent au spectacle, et présentent leurs réalisations.
Pour les amateurs d’art Inuït, il est même possible de dénicher des statuettes à des tarifs qui feront s’évanouir un marchand d’art du Marais.


Le Bonus : 
Au coeur du Doubs et de ses vallées majestueuses, Ornans est un charmant village au bord de la Loue. Les gorges de la Loue, à proximité constituent l’une des plus jolies routes que j’ai jamais arpentées à moto.